Tous les articles par patrimondi

Journée d’étude « Angkor, Patrimoine, Tourisme et Mondialisation » – 15 novembre 2017

Journée d’étude : “Angkor : Patrimoine, Tourisme et Mondialisation”

Organisée dans le cadre de l’ANR “Les enjeux de la “patrimondialisation” ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations”

Lieu : EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 21 rue Broca, 75005 Paris, Salle A 701

Date : 15 novembre 2017, 9h30-17h30

Journée ouverte au public, sur inscription, dans la limite des places disponibles. : Contact: maria.gravari-barbas@univ-paris1.fr

Programme : Programme JE Angkor

L’objectif de la journée est, d’une part, d’analyser Angkor, en tant que laboratoire international du patrimoine ; d’autre part de situer Angkor de façon multiscalaire, entre els enjeux locaux et globaux liés notamment aux mobilités touristiques.

La fabrique d’une destination : perspectives augmentées depuis Marrakech et Québec – 7 octobre 2017

Programme

La fabrique d’une destination :

perspectives augmentées depuis

Marrakech et Québec

Marrakech, Dar Masson, 7 octobre 2017

« Il est des villes où l’on ne vient jamais pour la première fois »,

Stefan Zweig, Pays, villes, paysages. Écrits de voyage.

« Ce n’est pas par hasard que Marrakech a été élue meilleure destination 2015 ». Cette phrase, inscrite dans le ciel orangé d’une image représentant le paysage du/depuis le jardin de la Ménara, apparaît sur les affiches de la dernière campagne promotionnelle de l’office National du Tourisme Marocain. Ce qui pourrait apparaître a priori comme une catégorie d’imputation, se révèle via cette formule lexicale être un argument revendicatif — et unique —, validé qui plus est par… une élection/sélection (celle de Tripadvisor Travellers Choice).

S’il ne s’agit pas de mettre en doute le fait que Marrakech, ville fétiche de la promotion touristique du Maroc soit aujourd’hui une destination avérée, sinon « la meilleure », l’on est néanmoins tenté de s’interroger sur la signification de ce terme en apparence banal, sur l’évidence d’un sens commun, d’une désignation ici tant suggestive que qualifiante et proclamatoire, de même que sur l’ensemble d’un énoncé-slogan révélateur de l’expression d’un parfait chronotope.

« Destination (lat. destinatio). Ce à quoi une chose ou une personne est destinée. Lieu vers lequel on dirige un objet, une personne : se rendre à sa destination ». (Larousse). Cette trame de définition suggère l’idée d’une affectation, d’un usage et, au-delà, d’une forme certaine de finalité. À l’évidence, le terme de destination n’est pas un concept opératoire, non plus qu’une entrée scientifique éprouvée. Pourtant, si l’on sollicite l’implicite de son contenu, il pourrait s’avérer discursif, ne serait-ce qu’en raison du caractère nécessairement processuel de la fabrique — au sens littéral —, de l’objet constitutif et de l’artefact cristallisé qu’est une « destination ». Pour paraphraser et détourner la formule de référence, ce n’est effectivement certainement pas par hasard que Marrakech (à l’instar de bien d’autres lieux) est devenue une destination. Les questions qui en découlent logiquement sont de nature herméneutique et sémantique, et les interrogations associées sont dès lors d’ordre scientifique, leur matrice étant celle du « comment » : comment, par l’épreuve et la résultante de quelles opérations, un lieu devient-il une destination ?

La neutralité postulée de cette entrée peut orienter des pistes raisonnées d’investigation des thèmes fédérateurs (patrimoine, tourisme, mondialisation) de la recherche menée par l’Anr Patrimondi, ici déclinés et mis en perspective depuis deux de ses terrains de prédilection (Marrakech et Québec), que l’on supposera, dans cette optique, comme possiblement concordants. Les poser ou les camper en destination-s ne signifie pas ériger une ligne de fuite, mais envisager des éclairages en poursuites, permettant de rapprocher, de confondre en les étudiant en ce sens, deux cas antipodes ; deux cités ayant cependant a minima en partage une expression et une position façonnées en partie à l’aune de ces clés thématiques communes ; deux sites incarnant peut-être également, chacun dans son propre registre, un ailleurs exotique de proximité dans leurs sphères géographiques d’inscription.

En revenant au schème de destination, l’on peut avancer que son usage contemporain circonstancié, pragmatique et explicite, son caractère essentiel et absolu, révèlent (ou supposent) une mécanique simultanément englobante et dissociante. De quoi la destination est-elle le nom ou l’esquive ? Que chercher derrière ou via une destination ? L’avènement d’un paysage entendu comme « lieu et moment de l’expérience géographique fondamentale et fondatrice » (J.-L. Tissier, 2003) ? La destination serait-elle un des avatars de l’image d’une ville ? Une figure de représentation augmentée ? Le terme générique d’un construit et d’un système performants faits d’aménités combinées ? Quelles généalogies résume-t-elle ? Quels actes et orientations l’ont réalisée et fait advenir ? Quels récits historiques, quels imaginaires et images à l’œuvre, quels types d’objets iconiques, quel capital (matériel, idéel, symbolique) revendiqué, quelles stratégies opérées sont ses corollaires ? De quels registres de connaissance et, surtout, de re-connaissance (distinctions, labellisations, attestations, inscriptions, etc.) s’est-elle nourrie ? La dimension englobante du qualifiant suggère peut-être une titulature, soit un ensemble de composantes et de critères de nature plurielle, la résultante d’une identification accomplie, la formation, aboutie/activée, d’un topos ?

Aussi, nous nous proposons, à partir de cette notion-nasse de destination, d’envisager une des étapes et une des perspectives de la recherche autour des questions et processus de mise en tourisme, de patrimonialisation et de mondialisation, que le programme Patrimondi entend saisir simultanément et conjointement, quitte à, pour ce faire, inverser et recombiner les liens supposés évidents de causalités entre les trois pôles de ce triptyque.

Par effet miroir, nous chercherons également à comprendre ce que le fait de devenir « destination » fait au lieu. Comment une ville devenue destination, désormais inscrite dans les circuits et offres des tours opérateurs, endosse ce statut dans la façon de s’organiser, de se mettre en scène, de gérer ses espaces publics et de traiter son patrimoine ? Être destination implique-t-il d’adopter une façon spécifique, ou du moins différente, de conserver, de gérer, de donner à voir, de restaurer le patrimoine ? Pour pousser les choses plus loin et pour aller dans l’hypothèse de l’Anr dans laquelle s’inscrit cette journée, être destination, implique-t-il de mettre en place une « fabrique patrimoniale » produisant des artefacts et mentefacts s’inscrivant dans les registres patrimoniaux de visiteurs ?

Inscrite au calendrier programmatique de l’Anr Patrimondi, dans la continuité de plusieurs rencontres préalablement dédiées aux terrains de référence, à des questionnements méthodologiques, ou encore à des approches transverses, cette journée hybride associera spécifiquement, autour de la thématique interface retenue, les équipes des terrains de Marrakech et de Québec et des invités extérieurs.

L’approche comparatiste entre Marrakech et Québec, deux villes du patrimoine mondial de l’Unesco rarement mises l’une au regard de l’autre, vise à poser la question de la réalité instituante des destinations patrimoniales internationales, dans ses différentes temporalités. Elle vise également à tirer des conclusions plus générales sur ce qu’être destination fait au patrimoine.

 

PROGRAMME

 

9h30-10h00 : INTRODUCTIONS

Maria Gravari-Barbas (EIREST, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours)

Marrakech et Québec, laboratoires de la patrimondialisation ? Questionnements et perspectives

10h00- 12h30 : DESTINATIONS

Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Ouidad Tebbaa (U. de Marrakech)

Les éblouissements de Marrakech ; réverbération d’une ville touristique 

Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours) :

Construire une destination résidentielle

Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat) :

Entre cartes et cartes-postales : Marrakech et l’émergence d’une (inédite) destination culturelle 

 

14h30-16h30 : REFLEXIVITES

Lucie Morisset (UQAM)

Qu’est-ce que le tourisme a fait au Vieux-Québec ? Regards sur une destination patrimoniale dans le temps long

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« La ‘lutte des places’ dans le Vieux-Québec. Hôtels, AirBnBs, Condominiums et fonction résidentielle dans une destination historique »

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« Le Vieux-Québec à l’épreuve des big data : quand les pratiques touristiques dessinent la destination »

 

17h30 : CONCLUSIONS

Jean-François Staszak (U. de Genève), grand témoin

 

Participants :

Sidi Omar Azeroual (U. de Marrakech), Linda Boukhris (Eirest, U. Paris 1), Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), Francesca Cominelli (Eirest, Paris 1), Aurélie Condevaux (Eirest, U. Paris 1), Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours), Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine), Maria Gravari-Barbas (Eirest, Paris 1), Sandra Guinand (Eirest), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat), Sébastien Jacquot (Eirest, U. Paris 1), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Lucie Morisset (UQAM), Elodie Salin (U. Le Mans), Jean-François Staszak (U de Genève), Florence Troin (Citeres, Cnrs).

 

 

 

Fading grey. Images evanescentes du tango dans le quartier d’Abasto, Buenos Aires

Nous vous présentons un nouveau carnet de terrain élaboré par Maria Gravari-Barbas à la suite d’une mission réalisée à Buenos Aires en avril 2017. Ce carnet nous offre une série de textes et de photographies à la découverte du quartier d’Abasto et de ses problématiques patrimoniales (lien de téléchargement ci-dessous).

Emergence patrimoniale du Tango dans un contexte de crise

Après la crise vécue par l’Argentine en 2001, plusieurs réorientations ont été opérées en termes de politique, d’économie, de culture ou de tourisme. La dévaluation du peso argentin a favorisé l’afflux des visiteurs étrangers s et plus particulièrement dans la ville de Buenos Aires. Devant la nécessité de surmonter les conséquences d’une telle crise économique, de nouvelles façons de penser et de faire de la ville ont émergé.

Ces nouvelles approches touristiques se conjuguent et prolongent les premières initiatives visant à accorder un rôle central au tango en tant que patrimoine mais aussi qu’outil de développement culturel. Dès les années 1990, le tango devient le principal ingrédient de l’économie symbolique de Buenos Aires. C’est à ce moment que la Ville de Buenos Aires fonde l’Académie du Tango (1990) et lance le Festival International et le Championnat mondial du Tango.

Ainsi, bien avant l’inscription du Tango au patrimoine immatériel de l’UNESCO (2009), des projets ont vu le jour visant non seulement à inscrire ce patrimoine immatériel dans l’agenda événementiel de la ville mais aussi, de façon plus visible et pérenne dans les quartiers urbains associés à l’histoire du Tango. L’approche n’est pas différente de celle adoptée par plusieurs villes, dotées d’une identité culturelle forte mais démunie d’une matérialisation spatialisée et visitable à souhait. La mise en valeur de “showcase identities” (Arantes, 2002) vise à promouvoir l’image et la culture distinctive des villes. Leurs identités culturelles, parfois déclinées en tant que « couleur locale » “(Bayardo & Lacarrieu, 1999:12) sont utilisées par des acteurs comme la base sur laquelle peut être construite une politique économique symbolique, distinctive, voire singularisante.

Matérialiser l’immatériel

Cette volonté des acteurs et en particulier des gouvernements locaux, d’inscrire leurs productions culturelles locales de façon pérenne, organisée et visible dans la ville a été abordée par les recherches urbaines (Gravari-Barbas, Violier, 2003). Ainsi, c’est avec l’intention de permettre à Angoulême, capitale française de la bande dessinée de « respirer la BD », bien au-delà des quelques jours de son célèbre festival, que les acteurs de la ville ont lancé une politique de création de fresques murales dédiées aux créateurs de Bandes dessinées (Gravari-Barbas, Veschambre, 2005). La stratégie de Bruxelles n’est pas différente pour signifier et communiquer sur son statut de « Mecque » de la BD. L

’appropriation d’un genre culturel et son inscription pérenne dans les murs de la ville sont orchestrées localement par une politique volontariste de matérialisation de l’immatériel. Comme le souligne J.-L. Luxen (2013), « la matière est une nécessité pour le patrimoine (…) l’immatériel a nécessairement besoin d’une existence physique pour s’imprégner dans notre réalité consciente. En effet, pour être considéré comme réel, un élément doit être perceptible et appréciable par nos cinq sens (…) doit s’incarner dans des manifestations tangibles » (http://ocim.fr/wp-content/uploads/2013/02/LO.933pp.27-37.pdf). Ceci est sans doute plus vrai pour les villes qui souhaitent exploiter ces ressources dans un but touristique.

En effet, si les afficionados du tango peuvent plonger aisément dans son univers culturel à Buenos Aires (par l’incorporation du tango grâce à la pratique de la danse ou par l’immersion dans son univers musical) son exploitation touristique plus systématique a impliqué l’invention de nouveaux « codes » de communication avec les visiteurs qui n’appartiennent pas à sa sphère culturelle. Pour que Buenos Aires « respire » le tango, les quartiers de La Boca, de San Telmo et d’Abasto ont été « réinventés » à partir des années 1990 en tant que districts historiques du Tango.

M. Carman (2005) a montré la façon dont les autorités locales ont cherché à transformer l’Abasto, à partir d’un processus d’appropriation culturelle mis en place dans un quartier historique, afin de le transformer en quartier« noble », Elle a insisté sur la fait que cette appropriation culturelle était étroitement liée, à des stratégies économiques (Carman, 2005 :80).

Une résolution de l’Assemblée législative a acté en 1997 l’aménagement d’un passage, nommé passage Carlos Gardel – passage du Tango dans le quartier d’Abasto (El Abasto, localisé dans le quartier de Balvanera). Déclaré site d’intérêt culturel, son aménagement a été organisé autour d’un monument à Carlos Gardel situé à l’intersection de Carlos Gardel et Tomás Manuel de Anchorena, installé le 11 décembre 2011, à l’occasion du 121e anniversaire de l’artiste, suite également à la décision de l’Assemblée législative de la Ville de Buenos Aires.

Près du passage Gardel, le passage de Zelaya a quant à lui été investi depuis 2002 (pour l’essentiel entre 2002 et 2005) par l’artiste Marino Santa-María qui y a créé un ensemble d’oeuvres murales (peintures et mosaïques) intitulées “Tango Abasto”. Elles représentent Carlos Gardel ainsi que des paroles de ses chansons. Marino Santa María présente son oeuvre comme « la incorporación de retratos de gran tamaño de Carlos Gardel definidos en colores contundentes y partituras textuales con sus respectivas letras de tangos que haya compuesto o hayan sido dedicados a Carlos Gardel ». Ente les deux, le passage de la Filete met en valeur cet autre patrimoine immatériel porteño, le fileteado, style de peinture et de dessin décoratif typique de la ville, inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2005.

Ces initiatives revendiquent clairement leur objectif touristique ; elles visent à créer un quartier offrant un ensemble de lieux patrimoniaux et de mémoire, connectés entre eux, dédiés à Carlos Gardel et à d’autres artistes du tango : « El pasaje se complementa con otros patrimonios turístico – culturales de la zona de Abasto, como el “Paseo del Filete”, la cuadra de Jean Jaures entre Tucumán y Zelaya cuyos frentes tienen esa decoración, y el Museo Casa de Carlos Gardel, donde vivió el cantor”.
« Este circuito propone rescatar, la trascendencia internacional del Morocho del Abasto y el patrimonio porteño; valorizando la identidad rioplatense y su ilimitada dimensión turística. La vida del “zorzal criollo” fue breve pero lo suficientemente emblemática como para brindar un caudal de vivencias inagotables. El circuito abarca la Casa Museo de Jean Jaures 735, el Pasaje Carlos Gardel con su Monumento, el Bar O’Rondeman, el Mercado de Abasto (actual Shopping Abasto), Esquina Carlos Gardel (Tanguería) “Chanta Cuatro” (una de las tanguerías más simbólicas de Buenos Aires),el Café Tortoni, y el Cementerio de la Chacarita (bóveda) ».

Aujourd’hui, ces aménagements s’effacent progressivement par l’action du temps ou par d’autres projets de requalification de façades intervenus depuis. Les plaques en granit posées au niveau du sol, gravées avec des paroles de chansons célèbres du tango se brisent en morceaux ; les paroles peintes sur les murs sont progressivement recouvertes par la réfection récente des façades des immeubles sur lesquels elles avaient été dessinées ; certains portraits de Carlos Gardel peints sur les murs des maisons ont été badigeonnés ; les lieux de mémoire dans le quartier (la maison de Troilo par exemple) ne sont signalés que par une plaque sur une façade lépreuse.

Ce processus « d’anoblissement urbain » étudié par M. Carman (2005) défini comme « una especie de inversión del movimiento centrífugo para afuera desde el centro de la ciudad, por parte de las clases acomodadas, que deviene en un recentramiento de áreas de la ciudad anteriormente consideradas marginales » (p.82) , semble aujourd’hui stoppé, ou du moins contrarié.

La rénovation en cours de la maison de Gardel pourrait peut-être réactualiser ce projet qui peine tellement à matérialiser un patrimoine immatériel. La vitalité du tango n’a sans doute pas besoin de ces aménagements qui le folklorisent plutôt qu’ils ne le servent.

Cet investissement du quartier par des politiques culturelles officielles nous interroge également sur la portée et le sens de ces interventions – même si on devrait ici faire la part des choses entre le projet municipal de la statuaire des figures du tango au passage Carlos Gardel et le projet artistique de Marino Santa-María. Abasto ne semble pas expérimenter aujourd’hui ce qui avait été identifié par les auteurs comme un processus de gentrification par la culture. Les logements modestes, les ateliers, les terrains vagues coexistent avec des lieux culturels (théâtre, salles de concert, tanguerias) qui ne se réveillent que la nuit. L’implication ou la participation des habitats dans ces projets artistiques reste à questionner.

In fine, que nous dit cette mise en couleur de la grisaille sociale du quartier, dans un pays dans lequel la promesse du développement touristique est mise à mal par les évolutions économiques ? Peu de choses sur le tango lui-même et sa culture – celle-ci est bien vivace ailleurs, et en particulier dans le réseau dense de milongas de Buenos Aires. Peu de choses également sur le quartier lui-même qui semble s’accommoder sans véhémence – mais sans adhésion non plus – à ces interventions. Dans une ville qui aujourd’hui est dépourvue d’un véritable musée du tango, ces initiatives parlent davantage de la façon dont le politique traite la question des cultures locales : par l’appropriation politique, la folklorisation, la fixation spatiale d’un genre culturel dont le développement se joue actuellement ailleurs – dans d’autres lieux de Buenos Aires ou à Istanbul, Lima ou Kyoto.

Lien de téléchargement :

CARNET-de-TERRAIN TANGO

 

Séminaire PATRIMONDI avec Jean Didier Urbain – 13 Février 2017

L’équipe ANR s’est réuni le 13/02/2017 afin d’échanger avec Jean-Didier Urbain, sur les problématiques du projet. Nous avons notamment échangé sur ses derniers travaux :

  • “Le touriste et l’Histoire. Voyages d’agrément et envies du passé”, Le Débat
    2013/5 n° 177 | pages 59 à 71

https://www.cairn.info/revue-le-debat-2013-5-page-59.htm

  •  L’Envie du monde, Bréal, 2011

Jean-Didier Urbain est professeur émérite à l’université Paris-Descartes, département Sciences du langage (laboratoire Cerlis).

http://www.shs.parisdescartes.fr/ACTUALITES/Jean-Didier-Urbain-40-ans-de-voyages-indisciplines

http://epublications.unilim.fr/revues/as/5532

 

ARTEFACTS VISUELS ET FABRIQUE TOURISTIQUE DU PATRIMOINE

Journée organisée dans le cadre de l’ANR Patrimondi

Vendredi 4 novembre 2016

Cité de l’architecture et du patrimoine
Pavillon d’About
7 avenue Albert de Mun, 75116 Paris
Salle Anatole de Baudot, 6ème étage
affiche-4-nov

Les artefacts visuels [cartes postales, images issues des guides touristiques, affiches publicitaires, maquettes d’expositions universelle/coloniale/musée, films documentaires, jusqu’aux nouvelles images et nouvelles techniques de visualisation contemporaine (3D, expériences interactives et immersives etc.)] ont diachroniquement accompagné la patrimonialisation des sites, monument ou objets. Elles ont donné à voir les biens patrimoniaux à des publics bien plus larges que ceux qui y avaient initialement accès, ont contribué à leur connaissance, à leur mise en désir et en tourisme. Souvent, elles ne se sont pas limitées à la représentation d’un patrimoine déjà constitué. Elles ont au contraire joué un rôle actif dans le processus de patrimonialisation.

Au-delà de l’approche communicationnelle de la patrimonialisation, analysant les mises en communication et en exposition du patrimoine, c’est-à-dire les dispositifs techniques de médiatisation du patrimoine, l’objectif de cette journée d’études est d’engager une réflexion sur le rôle des artefacts visuels dans la fabrique touristique du patrimoine. Ces derniers ne seront donc pas seulement étudiés comme des représentations du patrimoine mais comme des forces agissantes participant de la production du patrimoine.

L’image et l’objet patrimonial médiatisés s’inscrivent dans des régimes médiatiques qui donnent une visibilité à certains objets, créent des rapports symboliques et socialisent des valeurs. Quels sont les processus socio-culturels de production et de circulation des artefacts visuels du patrimoine ? Quel est le rôle du tourisme dans cette économie et cette politique de représentation du patrimoine ? De quelle façon des images accèdent-elles au statut de représentations iconiques ?

Aux côtés des processus mentaux et cognitifs dont relèvent les univers visuels, il y a également des mécanismes communicationnels issus du monde social dans lesquels s’inscrit la production visuelle du patrimoine. A partir d’une approche info-communicationnelle, une réflexion nécessite d’être menée sur l’évolution des supports de visualisation et des pratiques qui en découlent (utilisation des supports numériques comme espaces d’interaction ouvrant sur de nouvelles formes de médiation et transformation des modes d’appropriation des contenus, telle que la dimension expérientielle du visuel). Une continuité pourra être établie avec le volet big data de l’ANR portant sur les photos postées sur les réseaux sociaux, à partir desquels les touristes deviennent les co-producteurs des artefacts visuels du patrimoine. La transformation de l’image et des formes de visualisation dues aux nouvelles technologies replace en effet le touriste au cœur de la production visuelle du patrimoine.

Plusieurs enjeux se dessinent autour de l’économie et la politique du régime de visibilité patrimoniale et du rôle joué par le tourisme:

  • Quels sont les producteurs de ces artefacts visuels ? Quel est le rôle des différents acteurs touristiques dans la production de ces artefacts visuels ?
  • Comment s’opèrent les processus de circulation, de réception, d’interaction, de contrôle de ces artefacts visuels ?
  • Dans quels régimes de vérité et de croyance s’inscrivent-ils ? (discours autour de l’authenticité, le simulacre, l’instrumentalisation, la démonstration, la preuve scientifique etc.)
  • Quelles sont leurs modalités d’énonciation ? (exhibition, esthétisation, création, performance etc.)

La journée ARTEFACTS VISUELS ET FABRIQUE TOURISTIQUE DU PATRIMOINE abordera principalement ces 5 terrains, mais elle intéresse plus généralement tous les chercheurs qui s’intéressent au pouvoir des images circulantes en rapport avec la patrimonialisation.

PROGRAMME

9h-9h30 : ACCUEIL

9h30-9h45 : INTRODUCTION DE LA JOURNEE

Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1, Coordinatrice de l’ANR Patrimondi)

9h45-10h30 : Manuel Charpy (Chargé de recherche en Histoire, UMR IRHIS)

Le monde selon ses images. Tourisme, images et aménagements des espaces au XIXe siècle.

10h30-11h00 : Francesca Cominelli (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1), Sébastien Jacquot (IREST, EIREST, Université Paris 1), Elodie Salin (Université du Maine)

Iconographies et imaginaires du tango : entre circulations et hybridations.

11h00-11h30 : Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1), Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1)

Simulacre et hyperréalité patrimoniaux. Le Petit Champlain, Vieux Québec.

11h30-12h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1)

Et le tourisme s’empara du patrimoine. Images touristiques du Vieux Québec.

11h30-12h00 : Echanges et discussion

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h00-14h30 : Roméo Carabelli (CITERES, Université François Rabelais de Tours)

Marrakech ou les métonymies incohérentes.

14h30-15h00 : Françoise Ged (Observatoire de l’Architecture de la Chine Contemporaine), Christine Mengin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alain Marinos (Cité de l’architecture), Bruno Chauffert-Yvart (Ministère de la Culture)

Le patrimoine à Tianjin : des clichés pour un lieu commun ?

15h00-15h30 : Virginie Picon-Lefebvre (AUSSER, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville), Kenza Elhaimer (AUSSER, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville)

Les images d’Angkor dans les guides touristiques publiés entre 2012-2015.

15h30-16h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1)

Copies, Simulacres et Désirs d’Angkor. Les moulages de Louis Delaporte et les Temples d’Angkor aux expositions internationales

16h00-16h30 : Hélène Sirven (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Angkor dans la revue Le Tour du monde (1860-1914) : récits illustrés d’une redécouverte, la part de l’exotisme dans la fabrique des images

16h30-17h00 : Echanges et discussion

17h00-17h30 : Grand témoin : Jean-François Staszak (Professeur ordinaire, Université de Genève)

programme_journee-detudes_4-11_16-2

journee-du-4-novembre

Table Ronde : TANGOMANIA. Des bas-fonds de Buenos Aires au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Une table ronde organisée par l’équipe tango aura lieu le 18/10/2016 dans le cadre de la 19e édition du Festival  Paris Banlieues Tango http://festival-paris-banlieues-tango.fr/

tangomania

Programme table ronde_Tangomania

19h30 : Table Ronde 
Produit des multiples métissages culturels et humains qui ont peuplé l’Argentine et l’Uruguay, le Tango, musique, danse, poésie et également élément « identitaire », n’a plus de frontières aujourd’hui.
Avec Linda Boukhris, Francesca Cominelli, Maria Gravari-Barbas, Sébastien Jacquot, Elodie Salin (EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Elsa Broclain, EHESS.
21h : Film « Tango Salon. Confiteria Ideal »
Les danseurs de Buenos Aires et du monde entier connaissent le superbe et mythique Salon de Danse style "Belle époque ». Film de de Jana Bokova. Argentine-Grande Bretagne, 2003 (70‘)

Lieu : Fondation Hellénique, CIUP, 47B Bd Jourdan, 75014 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Tianjin : de l’ancienne à la nouvelle mondialisation. Continuités et ruptures.

Ce carnet de terrain, élaboré par Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand, Yue Lu à la suite d’une mission à Tianjin en août 2016, propose une série de textes et de photographies…

Carnet de voyage Tianjin

INTRODUCTION
Bruno Latour désigne par le néologisme oligoptique « les étroites fenêtres qui permettent de se relier, par un certain nombre de conduits étroits, à quelques aspects seulement des êtres (humains et non-humains) dont l’ensemble compose la ville… ». Ce carnet de voyage n’a pas la prétention d’être plus que cela : des fenêtres étroites que nous avons entrouvertes pendant un séjour d’à peine 5 jours à Tianjin.
La mission a été organisée dans le cadre de l’ANR « Les enjeux de la ‘patrimondialisation’ ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations ». Elle a permis de visiter plusieurs lieux des concessions internationales de Tianjin, un des 5 « terrains » de notre projet.
Quel que soit le traitement réservé aux patrimoines des concessions [restauré avec tous les moyens existants aujourd’hui à Tianjin (comme pour la demeure de Qing Wang Fu), totalement travesti et recouvert de céramiques (comme dans le cas du China House), rasé et reconstruit (comme dans le cas du stade MinYuan)], force est de constater que ces patrimoines comptent, dans leurs dimensions matérielles mais surtout immatérielles. Plus que la préservation des traces matérielles par un projet de restauration tel que nous le définissons en Europe, c’est la continuité de la présence sur le site et la toponymie qui sont valorisées. Elles sont censées offrir une plus-value aux nouveaux projets qui éventuellement prennent place sur les vestiges des concessions et avec lesquels les nouveaux projets établissent des relations de continuité – y compris quand ont été à l’origine de leur démolition.
Ces réactualisations patrimoniales ne se font par ailleurs pas dans le sens d’une fermeture. Elles ne peuvent pas être lues comme des mouvements visant à renationaliser les traces patrimoniales produites par des pays étrangers dans un contexte qui pourraient être vu aujourd’hui comme humiliant pour un Etat souverain. Elles se font au contraire avec l’intention de renouer avec la mondialisation à laquelle Tianjin avait participé dès la fin du XIXe siècle. Le patrimoine apporte ainsi une valeur ajoutée aux lieux aujourd’hui reconvertis par les affaires, par la culture, par le tourisme. Les réécritures patrimoniales se font donc par les circulations, y compris touristiques.
Les oligoptiques ci-après donnent une image très fragmentée d’une ville complexe qui cherche aujourd’hui à conjuguer la première mondialisation, celle qui a donné naissance aux concessions à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec celle de ce début du XXIe. Les images et les brefs textes qui suivent devront recomposer avec un matériau plus complexe que nous avons pu collecter et construire, composé d’entretiens, de rencontres, de visites et de lectures.

carnets-de-voyage-tianjin

“Riad, médina, Marrakech, Maroc : ajustements d’une expérience touristique authentique” et « Voyage au pays des riads : topiques du typique »

Deux contributions d’Anna Madoeuf, professeure de géographie à l’Université de Tours et responsable de l’équipe Marrakech pour le programme de recherche :

  • « Riad, médina, Marrakech, Maroc : ajustements d’une expérience touristique authentique », in Le Maroc au présent, d’une époque à l’autre, une société en mutation, dir. B. Dupret, Z. Rhani, A. Boutaleb & J.-N. Ferrié, Casablanca, Centre J.-Berque & Fondation Abdul-Aziz, coll. Dialogue des deux rives, p. 463-472. L’ouvrage sera disponible en sept. 2016 dans la coll. électronique Maktabat al-Maghreb/Description du Maghreb du Centre J.-Berque. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01325796/
  • « Voyage au pays des riads : topiques du typique », in Ambiances, demain, Actes du 3e congrès du Réseau International Ambiances, coord. N. Rémy & N. Tixier, Univ. of Thessaly, Department of Architecture, Volos, 21-24 sept. 2016

Association of Critical Heritage Studies – Conférence à Montréal 3-8 Juin 2016

Conf Montréal

Plusieurs membres de l’équipe ANR ont participé à la conférence de l’Association of Critical Heritage Studies du 3 au 8 juin 2016 à Montréal.

  • Anna Madoeuf : “Marrakech, son patrimoine, ses riads : un récit d’aujourd’hui”

Cette contribution se propose d’analyser la place des riads de Marrakech dans la fabrique et la narration d’une expérience touristico-patrimoniale, les riads de référence étant ceux médiatisés comme hébergements en « demeures traditionnelles » par les voyagistes. Il s’agira d’explorer les mises en scène de ces lieux, représentatifs d’un exotisme touristique, et de souligner leur inscription dans un paysage patrimonialisé. La pratique des riads, suggérée comme expérience singulière à référent spatial permet, depuis une perspective homothétique, de combiner quatre niveaux constitutifs d’une situation de découverte touristico-patrimoniale : pays singulier, ville historique, (doublement labellisée par l’UNESCO), quartier authentique (Médina), et demeure traditionnelle. Ensuite, des précisions concernant l’angle à partir duquel je souhaiterais aborder la question : schématiquement, c’est dans les années 1960 que des étrangers commencent à acheter des résidences dans la médina de Marrakech et à les restaurer, le phénomène s’accentue à partir de la fin des années 1990 où ces maisons sont alors réhabilitées dans une perspective hôtelière.

En ce qui me concerne, je travaille actuellement sur la mise en scène, en mots et en pratiques de ces établissements, dans le contexte contemporain de la narration de l’expérience touristico-patrimoniale associée. Aujourd’hui, Marrakech offre une double promesse, celle d’authenticités complémentaires ; la cité est en effet classée à deux titres par l’UNESCO : sa médina figure à l’inventaire du patrimoine mondial depuis 1985 et, de surcroit, l’espace culturel de la place Jemaa el-Fna est inscrit depuis 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les superpositions des distinctions de Marrakech, tant dans le matériel estampillé que l’immatériel labellisé, valident doublement un paysage « patri-mondialisé », stablement arrimé et conformément animé, cadre qualifié, scènes de référence et lieux adéquats : cette conjonction systémique est une des pistes de ma recherche. Le matériau principal utilisé ici comme source de référence est celui fourni par une sélection de guides de voyage, magazines spécialisés, catalogues, brochures ainsi que de sites de voyagistes, de réservations hôtelières, de recommandations et de conseils à destination de voyageurs, et de sites dédiés de riads.

  • Romeo Carabelli : “Casablanca: The Pragmatic Narration of a Modern Heritage”

The large Moroccan town of Casablanca has been the object of an on-going heritagization process for several years, but in 2014 it experienced an essential transformation. Casablanca’s downtown is composed of a huge amount of interesting buildings built up during the French protectorate (1912–1956) on Henri Prost’s designed urban scheme. Casamémoire is an independent association composed by a local elite and some Europeans living in town; it is leading the process of preservation and valorization of the Casablanca’s recent architecture.

In the second half of the 2010s, the association included a new target in its own strategy: the UNESCO label under the World Heritage List, an international passage to come back on site with an effective instrument. The proposal of a UNESCO-labelled site was accepted by all the local stakeholders but the first initiative to include it on the tentative list was stopped by the Ministry of Culture. A second initiative in 2013 permitted the admission to the list and now Casamémoire is managing the dossier after an official agreement with the Ministry.

Casablanca’s process of heritage valorization is led by an enlightened elite that is proposing a liberal progressive understanding of local and social development. On a long-term prediction, we can read this heritagization as a part of the potential conflict between liberal and neoliberal visions of the town development. The complex relationship between heritage and power is proposed in the economical capital of Morocco as a strategic issue for “high-level-grassroots” (Casamémoire is undoubtedly a part of civil society but not really a popular composed grassroots force). Casamémoire is able to open a dialogue at the global level to manage the local heritage conservation wills. It was able to reach the UNESCO widespread and mythic level in order to deal with its impact upon the local heritage governance.

  • Linda Boukhris,  Gael Chareyron, Francesca Cominelli, Maria Gravari-Barbas, Sébastien Jacquot, Elodie Salin : “Tango : production and circulations of heritage meanings”

The Argentinian and Uruguayan tradition of the Tango was inscribed in 2009 on the Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity, with a spatial reference to the Rio de la Plata basin, and more specifically Buenos Aires and Montevideo. Nevertheless, the scales of meaning and production of tango are regional, national and global. Indeed, as a tradition, the tango is defined as the result of the merging of various populations in the region at the beginning of the twentieth century: migrants, local inhabitants, and slaves. Since the 1990s, the tango in Argentina has become institutionalized as a national heritage, embodying the quintessence of Argentine identity, and is closely associated to the city of Buenos Aires, and especially to some urban spaces (La Boca, el Abasto, thematized as Gardel’s neighbourhoods) and types of places (the milongas, regarded as traditional places to dance tango). This dynamic also gave birth to new institutions such as the National Academy of Tango and its museum. So the tango as intangible heritage is spatialized.

However, this recognition of tango as heritage can also be analyzed through the lens of globalized transnational practices, from the end of the twentieth century. The meanings of tango are discussed within the heritage arena; UNESCO being both a protagonist of the heritagization processes and a mediator solicited by the other stakeholders. The debate on the definition of tango as heritage, the modalities of its preservation and revitalization occur at different scales and focus on different dimensions and scales of the practice. Which tango has to be recognized as an immaterial heritage? The tango performance of the argentinian and uruguayan cabarets (“tanguerias”), or the “tango milonga” where the public and the performers are one? What are the border and the territory of the tango community?

Tango clubs are created all around the world, Argentinian musicians are performing in multiple festivals in Europe, many practitioners are traveling to Buenos Aires as tourists to perform tango, leading to a delocalization of the production of tango significance. Thus, which is the meaning of the territorial delimitation of the UNESCO inscription? The objective of this paper is to analyze the different scales of production of discourses and practices of tango. Based on a multi-sited research project in Paris and Buenos Aires analyzing the circulations of expertise and practitioners, the main idea will be to discuss and question the traditional association of heritage, territory and identity, and on the contrary to analyze the effects of these circulations on local identification and significance of the tango as intangible heritage.

  • Géraldine Djament, Maria Gravari-Barbas, Sébastien Jacquot : ” Alter-Heritagization / Alter-Metropolization ? Objects, Players and Forms of Alternative Heritage Production in Contemporary Metropolises”

The contemporary movement of heritagization, characterized by a multiple expansion (typological, chronological, spatial) of heritage and of heritage producers (local actors, inhabitants, social groups, national states, international players), nourishes also the production of alternative heritage. By this expression, we wish to focus on non-institutional, dissonant, under-recognized heritage, located on the “pioneer front” of contemporary heritage production. Alter-heritage represents, therefore, an alternative to the heritage institutional “production chain,” controlled by the national state (Heinich 2009), by metropolitan leaders or corporate private groups. It also represents an alternative to the hyper-spectacular heritage sites encompassing the capital resources, the global attention and the international tourist flows (Gravari-Barbas 2012; 2014). These questions become important in a context in wich heritagization is quasi-systematically associated with gentrification (Semmoud 2005) and used by the late aesthetic capitalism (Lipovetsky and Serroy 2013). Are other, “alternative” ways for heritage and heritagization possible?
Alter-heritage can represent different types of alternatives:
• A geographical alternative: by its location in the suburbs, away from the historic centres and the central tourist districts (Duhamel and Knafou 2007).
• A typological alternative: by the nature of “heritagizised” objects which may hold a controversial value, such as the heritage of the housing projects of the post-Second World War years (Pouvreau 2011; Veschambre 2010; 2014).
• A social alternative: by their reference to imagined communities and to minorities, as in the case of the heritage of immigration (Rautenberg 2007), or by the role played by non-favoured social groups in its construction.
• A tourist alternative: by their marginal location compared to the dominant fluxes and practices.
• A political alternative: by their own intention of being alternative; for example militant heritages (Aguilar 1982) or cultural activism (Prévot and Douay 2012), or protest practices of heritage (Bondaz, Isnard and Leblon 2012).
Alter-heritages can belong to one or more categories. They can be altogether geographic, social, typology and tourist alternatives (Jacquot, Fagnoni and Gravari-Barbas 2012). For example, heritage located at the suburbs of contemporary metropolitan regions may become, through the action of popular social categories or political groups, an activism locus, aimed at reversing the dominant stigma of the suburb.
The choice of examining the metropolitan regions comes from the trend toward metropolization of culture and heritage (Djament-Tran and San Marco 2014), and from the concentration of initiatives of alter-heritagization in metropolitan areas as well as from the growing role that metropolises play in the construction of a political alternative (Harvey 2012).
This proposed session on “alter-heritagization in the contemporary metropolitan regions” aims at:
• Identifying alternative heritages, their categorizations and their promoters (social, ethnic, cultural groups; inhabitants…).
• Analyzing the alternative terms of heritage (What does make the heritage alternative? Does the alter-heritagization imply a change in the notion of heritage itself?).
• Analyzing the eventual relationships between alter-heritage and institutional heritage (alter-heritage can break with the institutional heritage or on the contrary, it can become an institutional one).
• Analyzing the relationships between alter-heritage and tourism (does alter-heritage imply an alter-tourism?).
•  Identifying heritage conflicts in which they are involved, the issues of power at stake and their relationships with metropolitan conflicts in general.
• Analyzing the contribution of alter-heritage to the construction of a metropolitan alternative (Beal and Rousseau 2014): Is alter-heritagization a tool allowing an alter-metropolization (in what meaning?)? What does alter-heritagization change in the metropolization process?

Plus d’info : https://achs2016.uqam.ca/en/

La concession italienne de Tianjin : labellisation, restauration reconversion. Quelles valeurs patrimoniales ?

L’équipe Tianjin organise un workshop collaboratif le 23 juin 2016 :

La concession italienne de Tianjin : labellisation, restauration, reconversion. Quelles valeurs patrimoniales ?
Sous la responsabilité scientifique de Christine Mengin

flyer-tianjin-p1-23-juin-2016-2

Programme

Président de séance : Jean-François CABESTAN, maître de conférences en histoire de l’architecture, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9h00 / Accueil et mot de bienvenue

9h15 / « Quelques questions à propos de la protection du patrimoine architectural à Tianjin », Bruno CHAUFFERT-YVART, inspecteur général de l’architecture et du patrimoine

9h35 / « Histoire et mise en valeur de la concession italienne de Tianjin : état des lieux », Christine MENGIN, maître de conférences en histoire de l’architecture, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9h55 / « L’intégration de la concession italienne aux réseaux d'électricité et de tramway », HUANG Jiali, doctorante en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10h15 / « Proposed restoration and enhancement of a block in the Italian concession of Tianjin », Carla QUAGLIA, architecte, Politecnico de Turin

10h35 / « La mise en tourisme de la concession italienne ou la production d’un espace à thème dans la ville chinoise contemporaine », LU Yue, doctorante en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10h55 / Pause

11h15 / « In the name of ‘Beauty’: The Italian concession in Tianjin as a template for urban regeneration in the past and the present?», Maurizio MARINELLI, associate professor and director of the Asian Center, University of Sussex

11h45 / (depuis Tianjin) « The former Italian concession’s  preservation under the planning system of Tianjin Historical and cultural city conservation », ZHANG Xiaopeng, professeure, école d’architecture de l’Université de Tianjin

12h15 / (depuis Tianjin) échange avec XU Subin et AOKI Nubuo, professeurs, école d’architecture de l’Université de Tianjin et débat avec la salle

12h45-13h15 / « Mise en perspective », Françoise GED, responsable de l'Observatoire de l'architecture de la Chine contemporaine, Cité de l’architecture et du patrimoine

Lieu : Galerie Colbert, salle Jullian, INHA

Séminaire de l’équipe Marrakech – 20 avril 2016

Voici le programme du séminaire organisé par l’équipe Marrakech le 20 avril 2016 :

Programme Marrakech-20 avril 2016

Citeres Emam rabelais label-ANR-bleu-CMJN

 

« Équipe Marrakech » : séminaire 1 20 avril 2016
Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire, 33 Allée Ferdinand de Lesseps, Tours

Matinée (10h-12h30)

Point général sur le programme Patrimondi et hypothèses de recherche.

Romeo Carabelli (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Visiter Marrakech selon sa langue :
parcours divergents, parcours effectifs

Anna Madoeuf (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Marrakech via ses riads : topiques du typique

12h30 – Déjeuner : restaurant universitaire, faculté de Droit, 50 avenue Portalis, Tours


◆ Après-midi (14h-18h)

Sidi Omar Azeroual (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Le patrimoine littéraire et artistique :
de la conscience collective à la patrimonialisation de la mémoire

Raffaele Cattedra (Univ. de Cagliari) : Les guides de voyage, comme révélateur de
l’actualisation des représentations, des imaginaires et dynamiques « patrimondiales » à
Marrakech (analyse discursive, iconologique et des pratiques)

Elsa Coslado (Emam-Citeres) : La palmeraie de Marrakech, ou l’étalement urbain comme
une des modalités de la mondialisation du patrimoine et par le patrimoine

M’hammed Idrissi Janati (Univ. Mohammed V de Rabat) : La place Jemaa-el-Fna : les
expressions patrimoniales d’un espace public

Ouidad Tebbaa (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Marrakech, paysage et globalisation
culturelle

Justin McGuinness (American University of Paris) : Murs d’argile en déchéance ? Sens,
sensibilités et architecture vernaculaire dans le Haouz de Marrakech

PATRIMONDI

PATRIMONDI est un programme de recherche financé par l’Agence Nationale de Recherche qui explore la façon dont les dynamiques de la patrimonialisation interfèrent avec les mobilités touristiques et les circulations mondiales (de personnes, d’idées, de capitaux, d’images). L’analyse est sous-tendue par l’hypothèse d’un nouveau régime de patrimonialisation caractérisé par une coproduction touristique du patrimoine dans les dynamiques de mondialisation. Elle permet de dépasser l’analyse classique d’un élargissement continu du champ patrimonial, pour définir et analyser les modalités contemporaines et nouvelles de sa production. Le néologisme de patrimondialisation, par son jeu sur l’assonance entre patrimonialisation et mondialisation, pense une tendancielle sortie des interférences historiques entre patrimonialisation et construction nationale, au profit d’une mondialisation du patrimoine, mais aussi d’une mondialisation par le patrimoine. Il s’agit de déconstruire les classiques oppositions entre patrimoine et tourisme d’une part, patrimoine et mondialisation d’autre part, trop souvent réduites à une opposition territorialisation-singularité versus déterritorialisation-homogénéisation, et de déplacer la problématique vers la construction d’un mondial patrimonial. Une telle approche, centrée sur les concepts, notions, normes et pratiques patrimoniales et touristiques qui circulent, et parfois s’hybrident, à l’échelle mondiale, relativise les conceptions « Nord-Sud » du patrimoine.

La méthodologie proposée est comparatiste. La sélection de 5 biens emblématiques de la mondialisation du et par le patrimoine [3 biens inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (Angkor, le Vieux Québec, Marrakech), 1 bien du patrimoine mondial immatériel inscrit sur la liste de l’UNESCO (le tango), 1 bien national produit de l’internationalisation (les concessions internationales de Tianjin)] vise à étudier les relations entre échelles (locale, nationale et mondiale) qui s’y construisent et qui les construisent. Ces exemples seront traités selon une grille d’analyse croisée afin de dégager les « noeuds », les « passerelles », les « limites » de la façon dont ils s’inscrivent dans un contexte de mondialisation. Tout en s’ancrant dans la contemporanéité, l’approche proposée abordera la constitution dynamique de la mondialisation (« worlding » selon Cochrane et Passmore 2001) des biens patrimoniaux, dans le passé [analyse de la « généalogie » patrimoniale, non sans liens avec une approche géohistorique de la mondialisation (Braudel, 1985 ; Grataloup, 2007)] et dans l’avenir (approche prospective). La montée en généralité du travail de terrain sur les 5 biens sélectionnés réalisé suivant une méthodologie qualitative (entretiens, observation, sources écrites, archives), sera couplé avec une analyse quantitative de l’ensemble des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO (1031 en 2016) via les réseaux sociaux (analyse de plusieurs milliers de photographies et commentaires postés). Cette dernière permettra de saisir la circulation des représentations des visiteurs du Patrimoine mondial et leurs pratiques, mais aussi les limites et les résistances. L’actualité récente souligne en effet les obstacles géopolitiques à la patrimondialisation.

Dans un contexte où le tourisme devient un « genre commun » (Lussault, 2007), où le patrimoine propose une grille de lecture du monde et se structure en réseau mondial, formant un « heritagescape » (Di Giovine 2009), l’analyse conjointe du patrimoine et du tourisme dans et par la mondialisation revêt des enjeux majeurs, politiques, géopolitiques, économiques, identitaires et culturels, qui sont à explorer à la fois localement et globalement. C’est ce que se propose de faire ce projet dont les implications sont à la fois théoriques (exploration et analyse du concept de patrimondialisation) et opérationnelles (gestion de patrimoines de plus en plus mondialisés et mondialisateurs) à destination des acteurs du tourisme et du patrimoine.

Patrimonialisation et mise en tourisme du Haihe à Tianjin: une analyse cartographique du fleuve

Une communication de Lu Yue, Daisy Debelle et Maria Gravari-Barbas au 5e Congrès Asie & Pacifique, organisé à Paris du 9 au 11 septembre 2015.

Introduction

Le rôle du fleuve dans le développement des villes chinoises a déjà fait l’objet de plusieurs études en Chine, comme celle de Thierry Sanjuan sur les grands projets d’aménagement lié aux développements des fleuves à travers l’étude de cas du Yangze (SANJUAN 2004). LI Wei et YU Kongjian ont également proposé de créer une nouvelle catégorie du patrimoine pour les itinéraires patrimonialisés dans le système de protection du patrimoine en Chine afin de mieux protéger les éléments inscrits comme le Grand Canal et la Route de la soie (LI et YU 2004).

L’eau a aussi joué un rôle essentiel dans la création et le développement de Tianjin comme l’a montré Delphine Spicq dans ses travaux (2012). Le Haihe a été un témoin du développement et de l’évolution de la ville de Tianjin (DUAN 2007), qui est aussi la plus importante du nord de la Chine et l’un des sept plus larges fleuve de Chine avec un bassin total de 263.4 milliers de km2. Elle est formée de la convergence de 5 rivières et a été ouverte à la navigation il y a 1 800 ans. Des vestiges de la vieille ville construite après 1405 sont ainsi encore visibles sur la rive droite, à côté de ceux des anciennes concessions occidentales du XIXème siècle construites à partir de la seconde guerre de l’Opium. A ceux-ci s’ajoutent progressivement depuis les années 80 des tours modernes. Les transformations urbaines sont ainsi lisibles sur les berges du Haihe le long de laquelle on peut apercevoir d’importants patrimoines architecturaux de différents styles définit par Zhang comme d’un occidentalisme dit « classique »[1], éclectique, sino-occidental, chinois et moderne (Y. ZHANG 2012). A partir de 1986, les plans directeurs urbains de la ville de Tianjin ont tous défini le Haihe comme l’axe principal du développement urbain (WANG 2008), le dernier plan directeur de 2005 a plus particulièrement mis l’accent sur la valorisation touristique de ces quartiers historiques[2].

L’objectif est ici de montrer que la patrimonialisation des rives du Haihe est un élément essentiel dans la construction identitaire de la ville. Nous analyserons donc comment la ville a évoluée avant 1949 et s’est développée autour du fleuve (1) avant de montrer de quelle façon les rives du Haihe sont mises en valeur entre patrimonialisation et développement (2).

[1] Zhang se réfère largement à l’architecture de la renaissance italienne et l’architecture baroque qui utilisent les colonnes grecques ou romaines.

[2] Selon le plan directeur de Tianjin 2005.

Presentation_hai-river-20160911