Patrimonialisation et mise en tourisme du Haihe à Tianjin: une analyse cartographique du fleuve

Une communication de Lu Yue, Daisy Debelle et Maria Gravari-Barbas au 5e Congrès Asie & Pacifique, organisé à Paris du 9 au 11 septembre 2015.

Introduction

Le rôle du fleuve dans le développement des villes chinoises a déjà fait l’objet de plusieurs études en Chine, comme celle de Thierry Sanjuan sur les grands projets d’aménagement lié aux développements des fleuves à travers l’étude de cas du Yangze (SANJUAN 2004). LI Wei et YU Kongjian ont également proposé de créer une nouvelle catégorie du patrimoine pour les itinéraires patrimonialisés dans le système de protection du patrimoine en Chine afin de mieux protéger les éléments inscrits comme le Grand Canal et la Route de la soie (LI et YU 2004).

L’eau a aussi joué un rôle essentiel dans la création et le développement de Tianjin comme l’a montré Delphine Spicq dans ses travaux (2012). Le Haihe a été un témoin du développement et de l’évolution de la ville de Tianjin (DUAN 2007), qui est aussi la plus importante du nord de la Chine et l’un des sept plus larges fleuve de Chine avec un bassin total de 263.4 milliers de km2. Elle est formée de la convergence de 5 rivières et a été ouverte à la navigation il y a 1 800 ans. Des vestiges de la vieille ville construite après 1405 sont ainsi encore visibles sur la rive droite, à côté de ceux des anciennes concessions occidentales du XIXème siècle construites à partir de la seconde guerre de l’Opium. A ceux-ci s’ajoutent progressivement depuis les années 80 des tours modernes. Les transformations urbaines sont ainsi lisibles sur les berges du Haihe le long de laquelle on peut apercevoir d’importants patrimoines architecturaux de différents styles définit par Zhang comme d’un occidentalisme dit « classique »[1], éclectique, sino-occidental, chinois et moderne (Y. ZHANG 2012). A partir de 1986, les plans directeurs urbains de la ville de Tianjin ont tous défini le Haihe comme l’axe principal du développement urbain (WANG 2008), le dernier plan directeur de 2005 a plus particulièrement mis l’accent sur la valorisation touristique de ces quartiers historiques[2].

L’objectif est ici de montrer que la patrimonialisation des rives du Haihe est un élément essentiel dans la construction identitaire de la ville. Nous analyserons donc comment la ville a évoluée avant 1949 et s’est développée autour du fleuve (1) avant de montrer de quelle façon les rives du Haihe sont mises en valeur entre patrimonialisation et développement (2).

[1] Zhang se réfère largement à l’architecture de la renaissance italienne et l’architecture baroque qui utilisent les colonnes grecques ou romaines.

[2] Selon le plan directeur de Tianjin 2005.

Presentation_hai-river-20160911


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *