Archives pour la catégorie Tianjin

Tianjin : de l’ancienne à la nouvelle mondialisation. Continuités et ruptures.

Ce carnet de terrain, élaboré par Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand, Yue Lu à la suite d’une mission à Tianjin en août 2016, propose une série de textes et de photographies…

Carnet de voyage Tianjin

INTRODUCTION
Bruno Latour désigne par le néologisme oligoptique « les étroites fenêtres qui permettent de se relier, par un certain nombre de conduits étroits, à quelques aspects seulement des êtres (humains et non-humains) dont l’ensemble compose la ville… ». Ce carnet de voyage n’a pas la prétention d’être plus que cela : des fenêtres étroites que nous avons entrouvertes pendant un séjour d’à peine 5 jours à Tianjin.
La mission a été organisée dans le cadre de l’ANR « Les enjeux de la ‘patrimondialisation’ ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations ». Elle a permis de visiter plusieurs lieux des concessions internationales de Tianjin, un des 5 « terrains » de notre projet.
Quel que soit le traitement réservé aux patrimoines des concessions [restauré avec tous les moyens existants aujourd’hui à Tianjin (comme pour la demeure de Qing Wang Fu), totalement travesti et recouvert de céramiques (comme dans le cas du China House), rasé et reconstruit (comme dans le cas du stade MinYuan)], force est de constater que ces patrimoines comptent, dans leurs dimensions matérielles mais surtout immatérielles. Plus que la préservation des traces matérielles par un projet de restauration tel que nous le définissons en Europe, c’est la continuité de la présence sur le site et la toponymie qui sont valorisées. Elles sont censées offrir une plus-value aux nouveaux projets qui éventuellement prennent place sur les vestiges des concessions et avec lesquels les nouveaux projets établissent des relations de continuité – y compris quand ont été à l’origine de leur démolition.
Ces réactualisations patrimoniales ne se font par ailleurs pas dans le sens d’une fermeture. Elles ne peuvent pas être lues comme des mouvements visant à renationaliser les traces patrimoniales produites par des pays étrangers dans un contexte qui pourraient être vu aujourd’hui comme humiliant pour un Etat souverain. Elles se font au contraire avec l’intention de renouer avec la mondialisation à laquelle Tianjin avait participé dès la fin du XIXe siècle. Le patrimoine apporte ainsi une valeur ajoutée aux lieux aujourd’hui reconvertis par les affaires, par la culture, par le tourisme. Les réécritures patrimoniales se font donc par les circulations, y compris touristiques.
Les oligoptiques ci-après donnent une image très fragmentée d’une ville complexe qui cherche aujourd’hui à conjuguer la première mondialisation, celle qui a donné naissance aux concessions à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec celle de ce début du XXIe. Les images et les brefs textes qui suivent devront recomposer avec un matériau plus complexe que nous avons pu collecter et construire, composé d’entretiens, de rencontres, de visites et de lectures.

carnets-de-voyage-tianjin