Archives pour la catégorie Carnets de terrain

Fading grey. Images evanescentes du tango dans le quartier d’Abasto, Buenos Aires

Nous vous présentons un nouveau carnet de terrain élaboré par Maria Gravari-Barbas à la suite d’une mission réalisée à Buenos Aires en avril 2017. Ce carnet nous offre une série de textes et de photographies à la découverte du quartier d’Abasto et de ses problématiques patrimoniales (lien de téléchargement ci-dessous).

Emergence patrimoniale du Tango dans un contexte de crise

Après la crise vécue par l’Argentine en 2001, plusieurs réorientations ont été opérées en termes de politique, d’économie, de culture ou de tourisme. La dévaluation du peso argentin a favorisé l’afflux des visiteurs étrangers s et plus particulièrement dans la ville de Buenos Aires. Devant la nécessité de surmonter les conséquences d’une telle crise économique, de nouvelles façons de penser et de faire de la ville ont émergé.

Ces nouvelles approches touristiques se conjuguent et prolongent les premières initiatives visant à accorder un rôle central au tango en tant que patrimoine mais aussi qu’outil de développement culturel. Dès les années 1990, le tango devient le principal ingrédient de l’économie symbolique de Buenos Aires. C’est à ce moment que la Ville de Buenos Aires fonde l’Académie du Tango (1990) et lance le Festival International et le Championnat mondial du Tango.

Ainsi, bien avant l’inscription du Tango au patrimoine immatériel de l’UNESCO (2009), des projets ont vu le jour visant non seulement à inscrire ce patrimoine immatériel dans l’agenda événementiel de la ville mais aussi, de façon plus visible et pérenne dans les quartiers urbains associés à l’histoire du Tango. L’approche n’est pas différente de celle adoptée par plusieurs villes, dotées d’une identité culturelle forte mais démunie d’une matérialisation spatialisée et visitable à souhait. La mise en valeur de « showcase identities » (Arantes, 2002) vise à promouvoir l’image et la culture distinctive des villes. Leurs identités culturelles, parfois déclinées en tant que « couleur locale » « (Bayardo & Lacarrieu, 1999:12) sont utilisées par des acteurs comme la base sur laquelle peut être construite une politique économique symbolique, distinctive, voire singularisante.

Matérialiser l’immatériel

Cette volonté des acteurs et en particulier des gouvernements locaux, d’inscrire leurs productions culturelles locales de façon pérenne, organisée et visible dans la ville a été abordée par les recherches urbaines (Gravari-Barbas, Violier, 2003). Ainsi, c’est avec l’intention de permettre à Angoulême, capitale française de la bande dessinée de « respirer la BD », bien au-delà des quelques jours de son célèbre festival, que les acteurs de la ville ont lancé une politique de création de fresques murales dédiées aux créateurs de Bandes dessinées (Gravari-Barbas, Veschambre, 2005). La stratégie de Bruxelles n’est pas différente pour signifier et communiquer sur son statut de « Mecque » de la BD. L

’appropriation d’un genre culturel et son inscription pérenne dans les murs de la ville sont orchestrées localement par une politique volontariste de matérialisation de l’immatériel. Comme le souligne J.-L. Luxen (2013), « la matière est une nécessité pour le patrimoine (…) l’immatériel a nécessairement besoin d’une existence physique pour s’imprégner dans notre réalité consciente. En effet, pour être considéré comme réel, un élément doit être perceptible et appréciable par nos cinq sens (…) doit s’incarner dans des manifestations tangibles » (http://ocim.fr/wp-content/uploads/2013/02/LO.933pp.27-37.pdf). Ceci est sans doute plus vrai pour les villes qui souhaitent exploiter ces ressources dans un but touristique.

En effet, si les afficionados du tango peuvent plonger aisément dans son univers culturel à Buenos Aires (par l’incorporation du tango grâce à la pratique de la danse ou par l’immersion dans son univers musical) son exploitation touristique plus systématique a impliqué l’invention de nouveaux « codes » de communication avec les visiteurs qui n’appartiennent pas à sa sphère culturelle. Pour que Buenos Aires « respire » le tango, les quartiers de La Boca, de San Telmo et d’Abasto ont été « réinventés » à partir des années 1990 en tant que districts historiques du Tango.

M. Carman (2005) a montré la façon dont les autorités locales ont cherché à transformer l’Abasto, à partir d’un processus d’appropriation culturelle mis en place dans un quartier historique, afin de le transformer en quartier« noble », Elle a insisté sur la fait que cette appropriation culturelle était étroitement liée, à des stratégies économiques (Carman, 2005 :80).

Une résolution de l’Assemblée législative a acté en 1997 l’aménagement d’un passage, nommé passage Carlos Gardel – passage du Tango dans le quartier d’Abasto (El Abasto, localisé dans le quartier de Balvanera). Déclaré site d’intérêt culturel, son aménagement a été organisé autour d’un monument à Carlos Gardel situé à l’intersection de Carlos Gardel et Tomás Manuel de Anchorena, installé le 11 décembre 2011, à l’occasion du 121e anniversaire de l’artiste, suite également à la décision de l’Assemblée législative de la Ville de Buenos Aires.

Près du passage Gardel, le passage de Zelaya a quant à lui été investi depuis 2002 (pour l’essentiel entre 2002 et 2005) par l’artiste Marino Santa-María qui y a créé un ensemble d’oeuvres murales (peintures et mosaïques) intitulées “Tango Abasto”. Elles représentent Carlos Gardel ainsi que des paroles de ses chansons. Marino Santa María présente son oeuvre comme « la incorporación de retratos de gran tamaño de Carlos Gardel definidos en colores contundentes y partituras textuales con sus respectivas letras de tangos que haya compuesto o hayan sido dedicados a Carlos Gardel ». Ente les deux, le passage de la Filete met en valeur cet autre patrimoine immatériel porteño, le fileteado, style de peinture et de dessin décoratif typique de la ville, inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2005.

Ces initiatives revendiquent clairement leur objectif touristique ; elles visent à créer un quartier offrant un ensemble de lieux patrimoniaux et de mémoire, connectés entre eux, dédiés à Carlos Gardel et à d’autres artistes du tango : « El pasaje se complementa con otros patrimonios turístico – culturales de la zona de Abasto, como el « Paseo del Filete », la cuadra de Jean Jaures entre Tucumán y Zelaya cuyos frentes tienen esa decoración, y el Museo Casa de Carlos Gardel, donde vivió el cantor”.
« Este circuito propone rescatar, la trascendencia internacional del Morocho del Abasto y el patrimonio porteño; valorizando la identidad rioplatense y su ilimitada dimensión turística. La vida del “zorzal criollo” fue breve pero lo suficientemente emblemática como para brindar un caudal de vivencias inagotables. El circuito abarca la Casa Museo de Jean Jaures 735, el Pasaje Carlos Gardel con su Monumento, el Bar O’Rondeman, el Mercado de Abasto (actual Shopping Abasto), Esquina Carlos Gardel (Tanguería) “Chanta Cuatro” (una de las tanguerías más simbólicas de Buenos Aires),el Café Tortoni, y el Cementerio de la Chacarita (bóveda) ».

Aujourd’hui, ces aménagements s’effacent progressivement par l’action du temps ou par d’autres projets de requalification de façades intervenus depuis. Les plaques en granit posées au niveau du sol, gravées avec des paroles de chansons célèbres du tango se brisent en morceaux ; les paroles peintes sur les murs sont progressivement recouvertes par la réfection récente des façades des immeubles sur lesquels elles avaient été dessinées ; certains portraits de Carlos Gardel peints sur les murs des maisons ont été badigeonnés ; les lieux de mémoire dans le quartier (la maison de Troilo par exemple) ne sont signalés que par une plaque sur une façade lépreuse.

Ce processus « d’anoblissement urbain » étudié par M. Carman (2005) défini comme « una especie de inversión del movimiento centrífugo para afuera desde el centro de la ciudad, por parte de las clases acomodadas, que deviene en un recentramiento de áreas de la ciudad anteriormente consideradas marginales » (p.82) , semble aujourd’hui stoppé, ou du moins contrarié.

La rénovation en cours de la maison de Gardel pourrait peut-être réactualiser ce projet qui peine tellement à matérialiser un patrimoine immatériel. La vitalité du tango n’a sans doute pas besoin de ces aménagements qui le folklorisent plutôt qu’ils ne le servent.

Cet investissement du quartier par des politiques culturelles officielles nous interroge également sur la portée et le sens de ces interventions – même si on devrait ici faire la part des choses entre le projet municipal de la statuaire des figures du tango au passage Carlos Gardel et le projet artistique de Marino Santa-María. Abasto ne semble pas expérimenter aujourd’hui ce qui avait été identifié par les auteurs comme un processus de gentrification par la culture. Les logements modestes, les ateliers, les terrains vagues coexistent avec des lieux culturels (théâtre, salles de concert, tanguerias) qui ne se réveillent que la nuit. L’implication ou la participation des habitats dans ces projets artistiques reste à questionner.

In fine, que nous dit cette mise en couleur de la grisaille sociale du quartier, dans un pays dans lequel la promesse du développement touristique est mise à mal par les évolutions économiques ? Peu de choses sur le tango lui-même et sa culture – celle-ci est bien vivace ailleurs, et en particulier dans le réseau dense de milongas de Buenos Aires. Peu de choses également sur le quartier lui-même qui semble s’accommoder sans véhémence – mais sans adhésion non plus – à ces interventions. Dans une ville qui aujourd’hui est dépourvue d’un véritable musée du tango, ces initiatives parlent davantage de la façon dont le politique traite la question des cultures locales : par l’appropriation politique, la folklorisation, la fixation spatiale d’un genre culturel dont le développement se joue actuellement ailleurs – dans d’autres lieux de Buenos Aires ou à Istanbul, Lima ou Kyoto.

Lien de téléchargement :

CARNET-de-TERRAIN TANGO

 

Tianjin : de l’ancienne à la nouvelle mondialisation. Continuités et ruptures.

Ce carnet de terrain, élaboré par Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand, Yue Lu à la suite d’une mission à Tianjin en août 2016, propose une série de textes et de photographies…

Carnet de voyage Tianjin

INTRODUCTION
Bruno Latour désigne par le néologisme oligoptique « les étroites fenêtres qui permettent de se relier, par un certain nombre de conduits étroits, à quelques aspects seulement des êtres (humains et non-humains) dont l’ensemble compose la ville… ». Ce carnet de voyage n’a pas la prétention d’être plus que cela : des fenêtres étroites que nous avons entrouvertes pendant un séjour d’à peine 5 jours à Tianjin.
La mission a été organisée dans le cadre de l’ANR « Les enjeux de la ‘patrimondialisation’ ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations ». Elle a permis de visiter plusieurs lieux des concessions internationales de Tianjin, un des 5 « terrains » de notre projet.
Quel que soit le traitement réservé aux patrimoines des concessions [restauré avec tous les moyens existants aujourd’hui à Tianjin (comme pour la demeure de Qing Wang Fu), totalement travesti et recouvert de céramiques (comme dans le cas du China House), rasé et reconstruit (comme dans le cas du stade MinYuan)], force est de constater que ces patrimoines comptent, dans leurs dimensions matérielles mais surtout immatérielles. Plus que la préservation des traces matérielles par un projet de restauration tel que nous le définissons en Europe, c’est la continuité de la présence sur le site et la toponymie qui sont valorisées. Elles sont censées offrir une plus-value aux nouveaux projets qui éventuellement prennent place sur les vestiges des concessions et avec lesquels les nouveaux projets établissent des relations de continuité – y compris quand ont été à l’origine de leur démolition.
Ces réactualisations patrimoniales ne se font par ailleurs pas dans le sens d’une fermeture. Elles ne peuvent pas être lues comme des mouvements visant à renationaliser les traces patrimoniales produites par des pays étrangers dans un contexte qui pourraient être vu aujourd’hui comme humiliant pour un Etat souverain. Elles se font au contraire avec l’intention de renouer avec la mondialisation à laquelle Tianjin avait participé dès la fin du XIXe siècle. Le patrimoine apporte ainsi une valeur ajoutée aux lieux aujourd’hui reconvertis par les affaires, par la culture, par le tourisme. Les réécritures patrimoniales se font donc par les circulations, y compris touristiques.
Les oligoptiques ci-après donnent une image très fragmentée d’une ville complexe qui cherche aujourd’hui à conjuguer la première mondialisation, celle qui a donné naissance aux concessions à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec celle de ce début du XXIe. Les images et les brefs textes qui suivent devront recomposer avec un matériau plus complexe que nous avons pu collecter et construire, composé d’entretiens, de rencontres, de visites et de lectures.

carnets-de-voyage-tianjin