Archives pour la catégorie Marrakech

La fabrique d’une destination : perspectives augmentées depuis Marrakech et Québec – 7 octobre 2017

Programme

La fabrique d’une destination :

perspectives augmentées depuis

Marrakech et Québec

Marrakech, Dar Masson, 7 octobre 2017

« Il est des villes où l’on ne vient jamais pour la première fois »,

Stefan Zweig, Pays, villes, paysages. Écrits de voyage.

« Ce n’est pas par hasard que Marrakech a été élue meilleure destination 2015 ». Cette phrase, inscrite dans le ciel orangé d’une image représentant le paysage du/depuis le jardin de la Ménara, apparaît sur les affiches de la dernière campagne promotionnelle de l’office National du Tourisme Marocain. Ce qui pourrait apparaître a priori comme une catégorie d’imputation, se révèle via cette formule lexicale être un argument revendicatif — et unique —, validé qui plus est par… une élection/sélection (celle de Tripadvisor Travellers Choice).

S’il ne s’agit pas de mettre en doute le fait que Marrakech, ville fétiche de la promotion touristique du Maroc soit aujourd’hui une destination avérée, sinon « la meilleure », l’on est néanmoins tenté de s’interroger sur la signification de ce terme en apparence banal, sur l’évidence d’un sens commun, d’une désignation ici tant suggestive que qualifiante et proclamatoire, de même que sur l’ensemble d’un énoncé-slogan révélateur de l’expression d’un parfait chronotope.

« Destination (lat. destinatio). Ce à quoi une chose ou une personne est destinée. Lieu vers lequel on dirige un objet, une personne : se rendre à sa destination ». (Larousse). Cette trame de définition suggère l’idée d’une affectation, d’un usage et, au-delà, d’une forme certaine de finalité. À l’évidence, le terme de destination n’est pas un concept opératoire, non plus qu’une entrée scientifique éprouvée. Pourtant, si l’on sollicite l’implicite de son contenu, il pourrait s’avérer discursif, ne serait-ce qu’en raison du caractère nécessairement processuel de la fabrique — au sens littéral —, de l’objet constitutif et de l’artefact cristallisé qu’est une « destination ». Pour paraphraser et détourner la formule de référence, ce n’est effectivement certainement pas par hasard que Marrakech (à l’instar de bien d’autres lieux) est devenue une destination. Les questions qui en découlent logiquement sont de nature herméneutique et sémantique, et les interrogations associées sont dès lors d’ordre scientifique, leur matrice étant celle du « comment » : comment, par l’épreuve et la résultante de quelles opérations, un lieu devient-il une destination ?

La neutralité postulée de cette entrée peut orienter des pistes raisonnées d’investigation des thèmes fédérateurs (patrimoine, tourisme, mondialisation) de la recherche menée par l’Anr Patrimondi, ici déclinés et mis en perspective depuis deux de ses terrains de prédilection (Marrakech et Québec), que l’on supposera, dans cette optique, comme possiblement concordants. Les poser ou les camper en destination-s ne signifie pas ériger une ligne de fuite, mais envisager des éclairages en poursuites, permettant de rapprocher, de confondre en les étudiant en ce sens, deux cas antipodes ; deux cités ayant cependant a minima en partage une expression et une position façonnées en partie à l’aune de ces clés thématiques communes ; deux sites incarnant peut-être également, chacun dans son propre registre, un ailleurs exotique de proximité dans leurs sphères géographiques d’inscription.

En revenant au schème de destination, l’on peut avancer que son usage contemporain circonstancié, pragmatique et explicite, son caractère essentiel et absolu, révèlent (ou supposent) une mécanique simultanément englobante et dissociante. De quoi la destination est-elle le nom ou l’esquive ? Que chercher derrière ou via une destination ? L’avènement d’un paysage entendu comme « lieu et moment de l’expérience géographique fondamentale et fondatrice » (J.-L. Tissier, 2003) ? La destination serait-elle un des avatars de l’image d’une ville ? Une figure de représentation augmentée ? Le terme générique d’un construit et d’un système performants faits d’aménités combinées ? Quelles généalogies résume-t-elle ? Quels actes et orientations l’ont réalisée et fait advenir ? Quels récits historiques, quels imaginaires et images à l’œuvre, quels types d’objets iconiques, quel capital (matériel, idéel, symbolique) revendiqué, quelles stratégies opérées sont ses corollaires ? De quels registres de connaissance et, surtout, de re-connaissance (distinctions, labellisations, attestations, inscriptions, etc.) s’est-elle nourrie ? La dimension englobante du qualifiant suggère peut-être une titulature, soit un ensemble de composantes et de critères de nature plurielle, la résultante d’une identification accomplie, la formation, aboutie/activée, d’un topos ?

Aussi, nous nous proposons, à partir de cette notion-nasse de destination, d’envisager une des étapes et une des perspectives de la recherche autour des questions et processus de mise en tourisme, de patrimonialisation et de mondialisation, que le programme Patrimondi entend saisir simultanément et conjointement, quitte à, pour ce faire, inverser et recombiner les liens supposés évidents de causalités entre les trois pôles de ce triptyque.

Par effet miroir, nous chercherons également à comprendre ce que le fait de devenir « destination » fait au lieu. Comment une ville devenue destination, désormais inscrite dans les circuits et offres des tours opérateurs, endosse ce statut dans la façon de s’organiser, de se mettre en scène, de gérer ses espaces publics et de traiter son patrimoine ? Être destination implique-t-il d’adopter une façon spécifique, ou du moins différente, de conserver, de gérer, de donner à voir, de restaurer le patrimoine ? Pour pousser les choses plus loin et pour aller dans l’hypothèse de l’Anr dans laquelle s’inscrit cette journée, être destination, implique-t-il de mettre en place une « fabrique patrimoniale » produisant des artefacts et mentefacts s’inscrivant dans les registres patrimoniaux de visiteurs ?

Inscrite au calendrier programmatique de l’Anr Patrimondi, dans la continuité de plusieurs rencontres préalablement dédiées aux terrains de référence, à des questionnements méthodologiques, ou encore à des approches transverses, cette journée hybride associera spécifiquement, autour de la thématique interface retenue, les équipes des terrains de Marrakech et de Québec et des invités extérieurs.

L’approche comparatiste entre Marrakech et Québec, deux villes du patrimoine mondial de l’Unesco rarement mises l’une au regard de l’autre, vise à poser la question de la réalité instituante des destinations patrimoniales internationales, dans ses différentes temporalités. Elle vise également à tirer des conclusions plus générales sur ce qu’être destination fait au patrimoine.

 

PROGRAMME

 

9h30-10h00 : INTRODUCTIONS

Maria Gravari-Barbas (EIREST, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours)

Marrakech et Québec, laboratoires de la patrimondialisation ? Questionnements et perspectives

10h00- 12h30 : DESTINATIONS

Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Ouidad Tebbaa (U. de Marrakech)

Les éblouissements de Marrakech ; réverbération d’une ville touristique 

Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours) :

Construire une destination résidentielle

Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat) :

Entre cartes et cartes-postales : Marrakech et l’émergence d’une (inédite) destination culturelle 

 

14h30-16h30 : REFLEXIVITES

Lucie Morisset (UQAM)

Qu’est-ce que le tourisme a fait au Vieux-Québec ? Regards sur une destination patrimoniale dans le temps long

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« La ‘lutte des places’ dans le Vieux-Québec. Hôtels, AirBnBs, Condominiums et fonction résidentielle dans une destination historique »

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« Le Vieux-Québec à l’épreuve des big data : quand les pratiques touristiques dessinent la destination »

 

17h30 : CONCLUSIONS

Jean-François Staszak (U. de Genève), grand témoin

 

Participants :

Sidi Omar Azeroual (U. de Marrakech), Linda Boukhris (Eirest, U. Paris 1), Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), Francesca Cominelli (Eirest, Paris 1), Aurélie Condevaux (Eirest, U. Paris 1), Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours), Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine), Maria Gravari-Barbas (Eirest, Paris 1), Sandra Guinand (Eirest), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat), Sébastien Jacquot (Eirest, U. Paris 1), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Lucie Morisset (UQAM), Elodie Salin (U. Le Mans), Jean-François Staszak (U de Genève), Florence Troin (Citeres, Cnrs).

 

 

 

Séminaire de l’équipe Marrakech – 20 avril 2016

Voici le programme du séminaire organisé par l’équipe Marrakech le 20 avril 2016 :

Programme Marrakech-20 avril 2016

Citeres Emam rabelais label-ANR-bleu-CMJN

 

« Équipe Marrakech » : séminaire 1 20 avril 2016
Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire, 33 Allée Ferdinand de Lesseps, Tours

Matinée (10h-12h30)

Point général sur le programme Patrimondi et hypothèses de recherche.

Romeo Carabelli (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Visiter Marrakech selon sa langue :
parcours divergents, parcours effectifs

Anna Madoeuf (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Marrakech via ses riads : topiques du typique

12h30 – Déjeuner : restaurant universitaire, faculté de Droit, 50 avenue Portalis, Tours


◆ Après-midi (14h-18h)

Sidi Omar Azeroual (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Le patrimoine littéraire et artistique :
de la conscience collective à la patrimonialisation de la mémoire

Raffaele Cattedra (Univ. de Cagliari) : Les guides de voyage, comme révélateur de
l’actualisation des représentations, des imaginaires et dynamiques « patrimondiales » à
Marrakech (analyse discursive, iconologique et des pratiques)

Elsa Coslado (Emam-Citeres) : La palmeraie de Marrakech, ou l’étalement urbain comme
une des modalités de la mondialisation du patrimoine et par le patrimoine

M’hammed Idrissi Janati (Univ. Mohammed V de Rabat) : La place Jemaa-el-Fna : les
expressions patrimoniales d’un espace public

Ouidad Tebbaa (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Marrakech, paysage et globalisation
culturelle

Justin McGuinness (American University of Paris) : Murs d’argile en déchéance ? Sens,
sensibilités et architecture vernaculaire dans le Haouz de Marrakech