Archives pour la catégorie Actualités

La fabrique d’une destination : perspectives augmentées depuis Marrakech et Québec – 7 octobre 2017

Programme

La fabrique d’une destination :

perspectives augmentées depuis

Marrakech et Québec

Marrakech, Dar Masson, 7 octobre 2017

« Il est des villes où l’on ne vient jamais pour la première fois »,

Stefan Zweig, Pays, villes, paysages. Écrits de voyage.

« Ce n’est pas par hasard que Marrakech a été élue meilleure destination 2015 ». Cette phrase, inscrite dans le ciel orangé d’une image représentant le paysage du/depuis le jardin de la Ménara, apparaît sur les affiches de la dernière campagne promotionnelle de l’office National du Tourisme Marocain. Ce qui pourrait apparaître a priori comme une catégorie d’imputation, se révèle via cette formule lexicale être un argument revendicatif — et unique —, validé qui plus est par… une élection/sélection (celle de Tripadvisor Travellers Choice).

S’il ne s’agit pas de mettre en doute le fait que Marrakech, ville fétiche de la promotion touristique du Maroc soit aujourd’hui une destination avérée, sinon « la meilleure », l’on est néanmoins tenté de s’interroger sur la signification de ce terme en apparence banal, sur l’évidence d’un sens commun, d’une désignation ici tant suggestive que qualifiante et proclamatoire, de même que sur l’ensemble d’un énoncé-slogan révélateur de l’expression d’un parfait chronotope.

« Destination (lat. destinatio). Ce à quoi une chose ou une personne est destinée. Lieu vers lequel on dirige un objet, une personne : se rendre à sa destination ». (Larousse). Cette trame de définition suggère l’idée d’une affectation, d’un usage et, au-delà, d’une forme certaine de finalité. À l’évidence, le terme de destination n’est pas un concept opératoire, non plus qu’une entrée scientifique éprouvée. Pourtant, si l’on sollicite l’implicite de son contenu, il pourrait s’avérer discursif, ne serait-ce qu’en raison du caractère nécessairement processuel de la fabrique — au sens littéral —, de l’objet constitutif et de l’artefact cristallisé qu’est une « destination ». Pour paraphraser et détourner la formule de référence, ce n’est effectivement certainement pas par hasard que Marrakech (à l’instar de bien d’autres lieux) est devenue une destination. Les questions qui en découlent logiquement sont de nature herméneutique et sémantique, et les interrogations associées sont dès lors d’ordre scientifique, leur matrice étant celle du « comment » : comment, par l’épreuve et la résultante de quelles opérations, un lieu devient-il une destination ?

La neutralité postulée de cette entrée peut orienter des pistes raisonnées d’investigation des thèmes fédérateurs (patrimoine, tourisme, mondialisation) de la recherche menée par l’Anr Patrimondi, ici déclinés et mis en perspective depuis deux de ses terrains de prédilection (Marrakech et Québec), que l’on supposera, dans cette optique, comme possiblement concordants. Les poser ou les camper en destination-s ne signifie pas ériger une ligne de fuite, mais envisager des éclairages en poursuites, permettant de rapprocher, de confondre en les étudiant en ce sens, deux cas antipodes ; deux cités ayant cependant a minima en partage une expression et une position façonnées en partie à l’aune de ces clés thématiques communes ; deux sites incarnant peut-être également, chacun dans son propre registre, un ailleurs exotique de proximité dans leurs sphères géographiques d’inscription.

En revenant au schème de destination, l’on peut avancer que son usage contemporain circonstancié, pragmatique et explicite, son caractère essentiel et absolu, révèlent (ou supposent) une mécanique simultanément englobante et dissociante. De quoi la destination est-elle le nom ou l’esquive ? Que chercher derrière ou via une destination ? L’avènement d’un paysage entendu comme « lieu et moment de l’expérience géographique fondamentale et fondatrice » (J.-L. Tissier, 2003) ? La destination serait-elle un des avatars de l’image d’une ville ? Une figure de représentation augmentée ? Le terme générique d’un construit et d’un système performants faits d’aménités combinées ? Quelles généalogies résume-t-elle ? Quels actes et orientations l’ont réalisée et fait advenir ? Quels récits historiques, quels imaginaires et images à l’œuvre, quels types d’objets iconiques, quel capital (matériel, idéel, symbolique) revendiqué, quelles stratégies opérées sont ses corollaires ? De quels registres de connaissance et, surtout, de re-connaissance (distinctions, labellisations, attestations, inscriptions, etc.) s’est-elle nourrie ? La dimension englobante du qualifiant suggère peut-être une titulature, soit un ensemble de composantes et de critères de nature plurielle, la résultante d’une identification accomplie, la formation, aboutie/activée, d’un topos ?

Aussi, nous nous proposons, à partir de cette notion-nasse de destination, d’envisager une des étapes et une des perspectives de la recherche autour des questions et processus de mise en tourisme, de patrimonialisation et de mondialisation, que le programme Patrimondi entend saisir simultanément et conjointement, quitte à, pour ce faire, inverser et recombiner les liens supposés évidents de causalités entre les trois pôles de ce triptyque.

Par effet miroir, nous chercherons également à comprendre ce que le fait de devenir « destination » fait au lieu. Comment une ville devenue destination, désormais inscrite dans les circuits et offres des tours opérateurs, endosse ce statut dans la façon de s’organiser, de se mettre en scène, de gérer ses espaces publics et de traiter son patrimoine ? Être destination implique-t-il d’adopter une façon spécifique, ou du moins différente, de conserver, de gérer, de donner à voir, de restaurer le patrimoine ? Pour pousser les choses plus loin et pour aller dans l’hypothèse de l’Anr dans laquelle s’inscrit cette journée, être destination, implique-t-il de mettre en place une « fabrique patrimoniale » produisant des artefacts et mentefacts s’inscrivant dans les registres patrimoniaux de visiteurs ?

Inscrite au calendrier programmatique de l’Anr Patrimondi, dans la continuité de plusieurs rencontres préalablement dédiées aux terrains de référence, à des questionnements méthodologiques, ou encore à des approches transverses, cette journée hybride associera spécifiquement, autour de la thématique interface retenue, les équipes des terrains de Marrakech et de Québec et des invités extérieurs.

L’approche comparatiste entre Marrakech et Québec, deux villes du patrimoine mondial de l’Unesco rarement mises l’une au regard de l’autre, vise à poser la question de la réalité instituante des destinations patrimoniales internationales, dans ses différentes temporalités. Elle vise également à tirer des conclusions plus générales sur ce qu’être destination fait au patrimoine.

 

PROGRAMME

 

9h30-10h00 : INTRODUCTIONS

Maria Gravari-Barbas (EIREST, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours)

Marrakech et Québec, laboratoires de la patrimondialisation ? Questionnements et perspectives

10h00- 12h30 : DESTINATIONS

Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Ouidad Tebbaa (U. de Marrakech)

Les éblouissements de Marrakech ; réverbération d’une ville touristique 

Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours) :

Construire une destination résidentielle

Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat) :

Entre cartes et cartes-postales : Marrakech et l’émergence d’une (inédite) destination culturelle 

 

14h30-16h30 : REFLEXIVITES

Lucie Morisset (UQAM)

Qu’est-ce que le tourisme a fait au Vieux-Québec ? Regards sur une destination patrimoniale dans le temps long

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« La ‘lutte des places’ dans le Vieux-Québec. Hôtels, AirBnBs, Condominiums et fonction résidentielle dans une destination historique »

Linda Boukhris, Maria Gravari-Barbas, Sandra Guinand (EIREST)

« Le Vieux-Québec à l’épreuve des big data : quand les pratiques touristiques dessinent la destination »

 

17h30 : CONCLUSIONS

Jean-François Staszak (U. de Genève), grand témoin

 

Participants :

Sidi Omar Azeroual (U. de Marrakech), Linda Boukhris (Eirest, U. Paris 1), Romeo Carabelli (Citeres, U. de Tours), Raffaele Cattedra (U. de Cagliari), Francesca Cominelli (Eirest, Paris 1), Aurélie Condevaux (Eirest, U. Paris 1), Elsa Coslado (Citeres, U. de Tours), Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine), Maria Gravari-Barbas (Eirest, Paris 1), Sandra Guinand (Eirest), M’Hammed Idrissi Janati (U. de Rabat), Sébastien Jacquot (Eirest, U. Paris 1), Anna Madoeuf (Citeres, U. de Tours), Lucie Morisset (UQAM), Elodie Salin (U. Le Mans), Jean-François Staszak (U de Genève), Florence Troin (Citeres, Cnrs).

 

 

 

Séminaire PATRIMONDI avec Jean Didier Urbain – 13 Février 2017

L’équipe ANR s’est réuni le 13/02/2017 afin d’échanger avec Jean-Didier Urbain, sur les problématiques du projet. Nous avons notamment échangé sur ses derniers travaux :

  • « Le touriste et l’Histoire. Voyages d’agrément et envies du passé », Le Débat
    2013/5 n° 177 | pages 59 à 71

https://www.cairn.info/revue-le-debat-2013-5-page-59.htm

  •  L’Envie du monde, Bréal, 2011

Jean-Didier Urbain est professeur émérite à l’université Paris-Descartes, département Sciences du langage (laboratoire Cerlis).

http://www.shs.parisdescartes.fr/ACTUALITES/Jean-Didier-Urbain-40-ans-de-voyages-indisciplines

http://epublications.unilim.fr/revues/as/5532

 

ARTEFACTS VISUELS ET FABRIQUE TOURISTIQUE DU PATRIMOINE

Journée organisée dans le cadre de l’ANR Patrimondi

Vendredi 4 novembre 2016

Cité de l’architecture et du patrimoine
Pavillon d’About
7 avenue Albert de Mun, 75116 Paris
Salle Anatole de Baudot, 6ème étage
affiche-4-nov

Les artefacts visuels [cartes postales, images issues des guides touristiques, affiches publicitaires, maquettes d’expositions universelle/coloniale/musée, films documentaires, jusqu’aux nouvelles images et nouvelles techniques de visualisation contemporaine (3D, expériences interactives et immersives etc.)] ont diachroniquement accompagné la patrimonialisation des sites, monument ou objets. Elles ont donné à voir les biens patrimoniaux à des publics bien plus larges que ceux qui y avaient initialement accès, ont contribué à leur connaissance, à leur mise en désir et en tourisme. Souvent, elles ne se sont pas limitées à la représentation d’un patrimoine déjà constitué. Elles ont au contraire joué un rôle actif dans le processus de patrimonialisation.

Au-delà de l’approche communicationnelle de la patrimonialisation, analysant les mises en communication et en exposition du patrimoine, c’est-à-dire les dispositifs techniques de médiatisation du patrimoine, l’objectif de cette journée d’études est d’engager une réflexion sur le rôle des artefacts visuels dans la fabrique touristique du patrimoine. Ces derniers ne seront donc pas seulement étudiés comme des représentations du patrimoine mais comme des forces agissantes participant de la production du patrimoine.

L’image et l’objet patrimonial médiatisés s’inscrivent dans des régimes médiatiques qui donnent une visibilité à certains objets, créent des rapports symboliques et socialisent des valeurs. Quels sont les processus socio-culturels de production et de circulation des artefacts visuels du patrimoine ? Quel est le rôle du tourisme dans cette économie et cette politique de représentation du patrimoine ? De quelle façon des images accèdent-elles au statut de représentations iconiques ?

Aux côtés des processus mentaux et cognitifs dont relèvent les univers visuels, il y a également des mécanismes communicationnels issus du monde social dans lesquels s’inscrit la production visuelle du patrimoine. A partir d’une approche info-communicationnelle, une réflexion nécessite d’être menée sur l’évolution des supports de visualisation et des pratiques qui en découlent (utilisation des supports numériques comme espaces d’interaction ouvrant sur de nouvelles formes de médiation et transformation des modes d’appropriation des contenus, telle que la dimension expérientielle du visuel). Une continuité pourra être établie avec le volet big data de l’ANR portant sur les photos postées sur les réseaux sociaux, à partir desquels les touristes deviennent les co-producteurs des artefacts visuels du patrimoine. La transformation de l’image et des formes de visualisation dues aux nouvelles technologies replace en effet le touriste au cœur de la production visuelle du patrimoine.

Plusieurs enjeux se dessinent autour de l’économie et la politique du régime de visibilité patrimoniale et du rôle joué par le tourisme:

  • Quels sont les producteurs de ces artefacts visuels ? Quel est le rôle des différents acteurs touristiques dans la production de ces artefacts visuels ?
  • Comment s’opèrent les processus de circulation, de réception, d’interaction, de contrôle de ces artefacts visuels ?
  • Dans quels régimes de vérité et de croyance s’inscrivent-ils ? (discours autour de l’authenticité, le simulacre, l’instrumentalisation, la démonstration, la preuve scientifique etc.)
  • Quelles sont leurs modalités d’énonciation ? (exhibition, esthétisation, création, performance etc.)

La journée ARTEFACTS VISUELS ET FABRIQUE TOURISTIQUE DU PATRIMOINE abordera principalement ces 5 terrains, mais elle intéresse plus généralement tous les chercheurs qui s’intéressent au pouvoir des images circulantes en rapport avec la patrimonialisation.

PROGRAMME

9h-9h30 : ACCUEIL

9h30-9h45 : INTRODUCTION DE LA JOURNEE

Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1, Coordinatrice de l’ANR Patrimondi)

9h45-10h30 : Manuel Charpy (Chargé de recherche en Histoire, UMR IRHIS)

Le monde selon ses images. Tourisme, images et aménagements des espaces au XIXe siècle.

10h30-11h00 : Francesca Cominelli (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1), Sébastien Jacquot (IREST, EIREST, Université Paris 1), Elodie Salin (Université du Maine)

Iconographies et imaginaires du tango : entre circulations et hybridations.

11h00-11h30 : Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1), Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1)

Simulacre et hyperréalité patrimoniaux. Le Petit Champlain, Vieux Québec.

11h30-12h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1)

Et le tourisme s’empara du patrimoine. Images touristiques du Vieux Québec.

11h30-12h00 : Echanges et discussion

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h00-14h30 : Roméo Carabelli (CITERES, Université François Rabelais de Tours)

Marrakech ou les métonymies incohérentes.

14h30-15h00 : Françoise Ged (Observatoire de l’Architecture de la Chine Contemporaine), Christine Mengin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alain Marinos (Cité de l’architecture), Bruno Chauffert-Yvart (Ministère de la Culture)

Le patrimoine à Tianjin : des clichés pour un lieu commun ?

15h00-15h30 : Virginie Picon-Lefebvre (AUSSER, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville), Kenza Elhaimer (AUSSER, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville)

Les images d’Angkor dans les guides touristiques publiés entre 2012-2015.

15h30-16h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1)

Copies, Simulacres et Désirs d’Angkor. Les moulages de Louis Delaporte et les Temples d’Angkor aux expositions internationales

16h00-16h30 : Hélène Sirven (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Angkor dans la revue Le Tour du monde (1860-1914) : récits illustrés d’une redécouverte, la part de l’exotisme dans la fabrique des images

16h30-17h00 : Echanges et discussion

17h00-17h30 : Grand témoin : Jean-François Staszak (Professeur ordinaire, Université de Genève)

programme_journee-detudes_4-11_16-2

journee-du-4-novembre

Table Ronde : TANGOMANIA. Des bas-fonds de Buenos Aires au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Une table ronde organisée par l’équipe tango aura lieu le 18/10/2016 dans le cadre de la 19e édition du Festival  Paris Banlieues Tango http://festival-paris-banlieues-tango.fr/

tangomania

Programme table ronde_Tangomania

19h30 : Table Ronde 
Produit des multiples métissages culturels et humains qui ont peuplé l’Argentine et l’Uruguay, le Tango, musique, danse, poésie et également élément « identitaire », n’a plus de frontières aujourd’hui.
Avec Linda Boukhris, Francesca Cominelli, Maria Gravari-Barbas, Sébastien Jacquot, Elodie Salin (EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Elsa Broclain, EHESS.
21h : Film « Tango Salon. Confiteria Ideal »
Les danseurs de Buenos Aires et du monde entier connaissent le superbe et mythique Salon de Danse style "Belle époque ». Film de de Jana Bokova. Argentine-Grande Bretagne, 2003 (70‘)

Lieu : Fondation Hellénique, CIUP, 47B Bd Jourdan, 75014 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

La concession italienne de Tianjin : labellisation, restauration reconversion. Quelles valeurs patrimoniales ?

L’équipe Tianjin organise un workshop collaboratif le 23 juin 2016 :

La concession italienne de Tianjin : labellisation, restauration, reconversion. Quelles valeurs patrimoniales ?
Sous la responsabilité scientifique de Christine Mengin

flyer-tianjin-p1-23-juin-2016-2

Programme

Président de séance : Jean-François CABESTAN, maître de conférences en histoire de l’architecture, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9h00 / Accueil et mot de bienvenue

9h15 / « Quelques questions à propos de la protection du patrimoine architectural à Tianjin », Bruno CHAUFFERT-YVART, inspecteur général de l’architecture et du patrimoine

9h35 / « Histoire et mise en valeur de la concession italienne de Tianjin : état des lieux », Christine MENGIN, maître de conférences en histoire de l’architecture, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9h55 / « L’intégration de la concession italienne aux réseaux d'électricité et de tramway », HUANG Jiali, doctorante en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10h15 / « Proposed restoration and enhancement of a block in the Italian concession of Tianjin », Carla QUAGLIA, architecte, Politecnico de Turin

10h35 / « La mise en tourisme de la concession italienne ou la production d’un espace à thème dans la ville chinoise contemporaine », LU Yue, doctorante en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10h55 / Pause

11h15 / « In the name of ‘Beauty’: The Italian concession in Tianjin as a template for urban regeneration in the past and the present?», Maurizio MARINELLI, associate professor and director of the Asian Center, University of Sussex

11h45 / (depuis Tianjin) « The former Italian concession’s  preservation under the planning system of Tianjin Historical and cultural city conservation », ZHANG Xiaopeng, professeure, école d’architecture de l’Université de Tianjin

12h15 / (depuis Tianjin) échange avec XU Subin et AOKI Nubuo, professeurs, école d’architecture de l’Université de Tianjin et débat avec la salle

12h45-13h15 / « Mise en perspective », Françoise GED, responsable de l'Observatoire de l'architecture de la Chine contemporaine, Cité de l’architecture et du patrimoine

Lieu : Galerie Colbert, salle Jullian, INHA

Séminaire de l’équipe Marrakech – 20 avril 2016

Voici le programme du séminaire organisé par l’équipe Marrakech le 20 avril 2016 :

Programme Marrakech-20 avril 2016

Citeres Emam rabelais label-ANR-bleu-CMJN

 

« Équipe Marrakech » : séminaire 1 20 avril 2016
Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire, 33 Allée Ferdinand de Lesseps, Tours

Matinée (10h-12h30)

Point général sur le programme Patrimondi et hypothèses de recherche.

Romeo Carabelli (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Visiter Marrakech selon sa langue :
parcours divergents, parcours effectifs

Anna Madoeuf (Univ. F.-Rabelais de Tours) : Marrakech via ses riads : topiques du typique

12h30 – Déjeuner : restaurant universitaire, faculté de Droit, 50 avenue Portalis, Tours


◆ Après-midi (14h-18h)

Sidi Omar Azeroual (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Le patrimoine littéraire et artistique :
de la conscience collective à la patrimonialisation de la mémoire

Raffaele Cattedra (Univ. de Cagliari) : Les guides de voyage, comme révélateur de
l’actualisation des représentations, des imaginaires et dynamiques « patrimondiales » à
Marrakech (analyse discursive, iconologique et des pratiques)

Elsa Coslado (Emam-Citeres) : La palmeraie de Marrakech, ou l’étalement urbain comme
une des modalités de la mondialisation du patrimoine et par le patrimoine

M’hammed Idrissi Janati (Univ. Mohammed V de Rabat) : La place Jemaa-el-Fna : les
expressions patrimoniales d’un espace public

Ouidad Tebbaa (Univ. Cadi Ayyad de Marrakech) : Marrakech, paysage et globalisation
culturelle

Justin McGuinness (American University of Paris) : Murs d’argile en déchéance ? Sens,
sensibilités et architecture vernaculaire dans le Haouz de Marrakech